Décrochage

Problématique sociétale

Sans diplôme d’études secondaires (DES), l’avenir de nos jeunes et de nos entreprises est menacé. D’une part, un jeune qui réussit à occuper un emploi sans diplôme court le risque, à moyen et à long terme :

  • De ne plus répondre aux besoins des entreprises qui, elles, doivent être toujours davantage compétitives et compter sur une main-d’œuvre spécialisée, compétente et apprenante ;
  • D’avoir une perspective d’employabilité faible ;
  • De s’enliser dans le phénomène d’exclusion sociale et même de marginalité.

De nos jours, sans DES, les chances sont minces de parvenir à se tailler une place de choix tant au plan social qu’économique. Vu le trop peu de scolarité, le manque d’expérience et la spécialisation des emplois, plusieurs jeunes deviennent dépendants socialement ou marginaux, ce qui engendre des pertes considérables au plan économique et motive même des actes criminels (marché des drogues, prostitution, vols, etc.), en plus de réduire le bassin régional d’une main-d’œuvre qualifiée. Sachant qu’en Montérégie (2009-2010) plus d’un garçon sur quatre et près d’une fille sur sept décrochent avant d’obtenir un DES, il importe de s’attarder au problème du décrochage en masse chez les jeunes. Comprenons donc que le décrochage scolaire n’est pas seulement le lot de plusieurs jeunes, mais qu’il constitue une problématique qui a de plus en plus de conséquences sociales.

Ça prend tout un village pour élever un enfant !